Remise du don de 2 000 euros à la fondation du patrimoine en faveur de la chapelle Sainte-Anne à Fouesnant

Foën Izella a remis officiellement un don de 2000 euros à la fondation du patrimoine en la présence de M. Le Maire de Fouesnant Roger Le Goff, lors des journées du patrimoine. Ce don participera aux travaux de rénovation de la chapelle Sainte-Anne de Fouesnant.

 

Foën Izella, invitée d’honneur du Salon ADAV à la Forêt-Fouesnant

M. Metriau organisateur du salon ANTIQUITES BROCANTE ANTIQUE  remercie la commune qui l’accueille en plébiscitant une association locale, ainsi qu’en lui attribuant une contribution.

Foën Izella sera l’invité d’honneur de ce salon et sera présente les 25 et 26 Octobre au Nautile de la Forêt-Fouesnant pour présenter son travail de recherche sur l’histoire locale des sept communes du Pays Fouesnantais.

Chapelle Sainte-Anne

 

Foën Izella s’associe à la ville de Fouesnant les Glénan et à la fondation du patrimoine pour la restauration de la chapelle Sainte-Anne. La remise du don de 2000 euros aura lieu officiellement le samedi 21 Septembre à 17h devant la chapelle.

La construction de la chapelle Sainte-Anne, petit joyau niché dans un véritable écrin de verdure, date de 1685. Cette charmante chapelle est classée au titre des Monuments Historiques depuis 1914, de même que son retable, construit en 1694. Les investigations menées sur l’édifice démontrent que la charpente et la toiture sont détériorées. La voûte lambrissée sera donc déposée et refaite à neuf. La maçonnerie et le retable doivent également être rénovés.

La première année de travaux  va concerner 2 tranches successives comprenant le transept et le chœur. En 2020 sera restaurée la nef puis le clocher avec le retable en 2021.


Photos réalisées par la ville de Fouesnant

 

 

Forum des association

Nous serons présents lors du forum des associations de Fouesnant qui se tiendra à l’Archipel le samedi 7 Septembre 2019. A cette occasion nous pourrons vous présenter notre association, ses objectifs, ses recherches en cours, ses projets, ainsi que nos dernières parutions.

Nous vous rappelons qu’un atelier de décryptage de documents anciens est actuellement en cours et que nous sommes en capacité d’accueillir de nouveaux membres.

Atelier « recherches »

Deuxième séance , studieuse, de l’atelier « recherches » de Foën Izella.

Il a été confié à Philippe Rivière un ensemble impressionnant de documents  relatifs à la ferme du Vot à Fouesnant. L’association est chargée de les décrypter et de retracer la vie de cette ferme et de ses occupants successifs depuis 1855. Une nouvelle séance de déchiffrage et de retranscription s’est déroulée fin Juin. Un premier document facile et sans réel intéret, mais un deuxième beaucoup plus difficile et aussi beaucoup plus intéressant s’est révélé, Il nous ramène en 1890 lors de la construction de la digue du Cap Coz. Voilà déjà quelque chose à creuser, passionnant!

Parution du Bulletin n°53 de Mai 2019

Au sommaire,

un article d’Annick Le Douget concernant la disette sous le Consulat en 1801, relatant le pillage en bande de la farine en Haut Fouesnant.

Bénodet est plusieurs fois à l’honneur dans ce bulletin notamment dans le récit d’Yves Corporeau sur la vie d’Alain Corporeau (1900-1994) boulanger malgré lui, ainsi qu’au travers de quelques cartes anciennes de l’entrée de l’Odet relatives au moulin à vent de Bénodet par Ronan Clorennec.

Celui-ci, relate également dans un autre texte le déséchouage du vapeur Saint Nicolas sur la plage de Mousterlin en 1923.

Louis Bertholom nous fait l’honneur de contribuer à cette nouvelle édition en nous confiant quelques souvenirs de jeunesse notamment ses chemins croisés avec M. et Mme Pompidou.

Christine Ditière poursuit ses biographies sur les Fouesnantais qui ont marqué leur époque en la personne de Pierre-Yves Ligen, architecte au service de la France.

En réponse aux vœux de certains visiteurs lors du forum des activités de Fouesnant, Foën Izella vous propose de vous investir pleinement dans la vie de l’association. Nous partageons avec vous, dans les dernières pages de ce bulletin, nos recherches du moment, soyez-en acteurs en vous inscrivant au programme, ou confiez-nous vos images, vos mémoires. Il vous est d’ores et déjà possible de participer à des ateliers d’études de documents relatifs à des lieux anciens, de partir à la recherche des fours à pain oubliés enfouis sous la végétation ou cachés aux quatre coins de nos communes. Le hasard des chemins de traverse nous fait sbien souvent découvrir ou redécouvrir des vestiges de notre passé, soyez en les reporters et n’hésitez pas à partager vos clichés et informations, avec nous.

Prochaine conférence de Claude Fagnen sur la méthodologie de recherche sur l’histoire d’une famille noble le samedi 22 juin, 14h30 salle Beg Meil du restaurant scolaire de Fouesnant (gratuit)

Compte-rendu de la conférence sur la méthodologie de recherche : Histoire d’un château

Une nouvelle fois des passionnés d’histoire ont écouté attentivement, samedi 27 avril dans l’après-midi, à Fouesnant, un exposé de M. Claude Fagnen qui expliquait comment étudier l’histoire d’un château. Après avoir analysé géographiquement le site, pour comprendre les raisons de l’implantation par un seigneur d’une place-forte, il convient d’étudier son architecture, qui apporte de nombreux renseignements sur le système défensif, ainsi que sur le logis du seigneur propriétaire. On peut trouver la liste des propriétaires successifs en examinant les dossiers de preuves de noblesse fournis par les nobles au moment des « réformations de la noblesse », conservés dans les archives de la Chambre des comptes de Bretagne, aux Archives départementales de Loire-atlantique.  De nombreux châteaux forts ont été démantelés, sur ordre du roi Louis XIII (édit d’Alès, 2 juin 1629) puis remplacés par des résidences plus agréables à habiter. La Révolution française amena de profondes modifications : abolition des privilèges de la noblesse, dans la nuit du 4 août 1789, puis suppression de la noblesse (en tant qu’ordre dans la société) par la loi du 23 juin 1790 et, enfin, séquestre des biens nationaux de seconde origine, c’est-à-dire ceux appartenant aux nobles émigrés, par la loi du 8 nivôse de l’an II (28 décembre 1793). Au XIXème siècle, les châteaux ne sont plus que de magnifiques et vastes demeures, appartenant à de riches propriétaires, anciens nobles ou bourgeois enrichis, capitaines d’industries ou membres fortunés de professions libérales.

27 avril 2019, Conférence : Histoire d’un château, d’un manoir

L’association Foën Izella vous convie à venir vous enrichir des connaissances de Claude Fagnen le 27 avril, à 14h30, salle Beg-Meil du restaurant scolaire de Fouesnant. Cette nouvelle séance portera sur la méthodologie de recherche : quels documents, ou les trouver…Entrée libre et gratuite. Merci de vous inscrire auprès de Claude Fagnen au 06 86 10 53 24 ou claude.fagnen@neuf.fr

Compte rendu de la conférence sur la méthodologie de recherche : Histoire d’un édifice religieux

Un auditoire attentif a écouté, samedi 16 mars , M. Claude Fagnen, ancien directeur des Archives départementales du Finistère, qui expliquait la méthode à suivre si l’on veut étudier un édifice religieux.

Pour commencer, il convient de distinguer s’il s’agit d’un simple oratoire, d’une chapelle, d’une église paroissiale, d’une cathédrale, d’une collégiale, d’une église abbatiale ou prieurale, ou d’une basilique ou encore d’une chapelle castrale. Une fois les signes distinctifs clairement identifiés, il est nécessaire d’examiner la localisation de l’édifice, ainsi que son orientation. Puis, arrive l’analyse de la construction elle-même ; pour ce faire, un minimum de connaissances en histoire de l’architecture est requis. Quelques ouvrages simples et précis ont été présentés. On en arrive ensuite à l’étude du mobilier (croix et crucifix, mais aussi retable, autel, chaire, confessionnaux et toutes les statues qui ornent la moindre église ou chapelle). Pour obtenir des informations sur tous ces éléments de structure ou de décoration, on peut consulter aux Archives départementales les registres de délibérations des paroisses et leurs comptes de fabrique. La séance s’est terminée par de nombreuses questions posées par les auditeurs auxquelles l’orateur s’est efforcé de répondre.

Claude Fagnen